L'aube du grand soir




Au chevet de la rive 
un homme était assis,
 écoutant dans la mer
 l'histoire de sa vie.

À l'aube du grand soir,
 il contemplait son oeuvre,
incertain que ce fut 
la sienne tout à fait.

Sans espoir de retour, 
il revoyait les heures
qui paisibles ou cruelles 
avaient scandé son temps.

Heures bleues, heures vertes, 
plus souvent pure perte
heures noires, besogneuses 
à la Machine offertes.

Heures volées sans conscience, 
à la tâche employées,
soldat brave cravaté
à sa mission vissé. 

Tandis que toute sève 
en lui se retirait,
éloignant de sa peau 
le goût du merveilleux,

l'eau mouvante racontait
 dans son immensité
l'éphémère passage
et son absurdité,

le mystère de la vie,
 ressac de l'immanence, 
parfum d'éternité, 
reflux de transcendance.
                                                                           
                                                      
                                            Pascale Landriq

Commentaires

Jonas D. a dit…
Superbe. Inspiré. A méditer. Bravo ! Jonas
William a dit…
Résonance ! .... Emouvant et superbe ! Merci

Articles les plus consultés