Printemps en automne

Photo Jo Jacotey
     

Sentir couler le jus d'une mandarine goûtée au soleil dans le chant des oiseaux.
A ses deux oreilles en stéreo deviner le murmure d'une abeille dans le souffle de la palme et les chants mêlés d'un grillon et d'une mésange zinzulinante oubliés par l'été.
Dans l'idéale solitude habitée d'un moment transfiguré se couler dans une onde de chaleur douce. Une vague de joie vient lécher les pieds nus, caresser les mollets avec les herbes folles.
Un papillon moqueur agace les chevilles pour se poser ailleurs, oubliant promptement son hôte précédent. 
L'air se balance, joue avec les branches.
La belle saison s'attarde, dit son dernier mot, rectifie la cuisson de la terre pour la teinter de bronze.
Tout soupire le printemps.
Jusqu'au figuier galant qui exhibe un bourgeon, espoir qui se moque de l'hiver à sa porte.

                                                                                        Pascale Landriq




Articles les plus consultés