Délicatesse

"L'odeur de la papaye verte", film de Trần Anh Hùng
Si l'on me demandait quel mot je préfère, j'hésiterais sans doute entre quelques-uns, mais celui-ci figurerait en bonne place dans mon palmarès:
Délicatesse...
Désuet, il a un parfum discret, il sent l'effacement choisi, le subtil, le sensible, le léger, l'inutile aussi, sans autre utilité que la recherche du bien-faire, du soin apporté aux petites choses.
Il évoque la grâce des gestes pleins de retenue, la justesse et la pudeur des silences, les pensées tenues pour soi, loin du tapage, loin de l'image.
Ce mot me fait penser à l'héroïne de "L'odeur de la papaye verte ".
Il me rappelle aussi les sentiments enfouis au plus profond, dans le secret de l'intimité de notre âme.
Il nous renvoie aux choses minuscules qui constituent la meilleure part de nous-même, de notre humanité, et que nous n'osons montrer alors que nous n'hésitons pas à exhiber nos seins et nos fesses, nos avoirs.
Ces choses menues ne font pas audience dans le mauvais calcul de notre audimat personnel. Parce que le nombre a devancé la qualité, la rendant dérisoire.

La délicatesse est belle parce qu'elle se moque bien de l'effet produit !


                                                                                                    P.L.

Commentaires

Jonas D a dit…
C'était un grand moment de cinéma qui m'a subitement envahi d'un élan d'amour (et, oserais-je le confesser, de désir...) pour Tran Nu Yen-Khé, élan confirmé plus tard par son talent dans "A la verticale de l'été", l'un de mes films préférés. La délicatesse ? Je la crois dans ce geste qui est tu, ce geste qui suit le geste montré, ce geste suivant mais invisible, ce prolongement qu'on imagine et qui nous protège de la grossière réalité. La délicatesse ? Elle n'est point d'ici, chère Promeneuse, elle est juste à côté de ce monde, mais peut-être prend-elle quelque racine au terreau d'un cénacle numéroté sur un quai, là-bas, plus au sud... Jonas
Promeneuse a dit…
Le mot est déjà joli, peut-être transcende-t-il d'un voile pudique notre réalité pour que nos vies gardent une jolie part de mystère.
Heureuse de vous retrouver ici Jonas !

Articles les plus consultés